Le dialogue dans le couple

Voici quelques éléments de la présentation sur « Le dialogue conjugal » de Nadine Grandjean, Conseillère conjugale et familiale du cabinet Raphaël que j’ai retenu

Commencer par se dire des choses agréables met l’autre dans des prédispositions plus agréables : « Ça m’a fait plaisir quand…, C’était agréable l’autre jour…, Je me suis sentie joyeuse quand… » Des phrases qui remplissent le cœur. Selon Freud, la mémoire est plus précise sur ce qui fait mal plutôt que sur ce qui a fait du bien.

Coeur de tomates Ruellan www.laporteedesmots.org

Elle définit 4 niveaux de communication

1. Merci, Bonjour, Comment ça va?

2. L’échange d’informations

3. Les pensées, opinions et convictions.

4. Les sentiments et les émotions. Dire ce que l’on ressent, ce que l’on est. Le cœur est le lieu de l’élection du choix, de la volonté d’aimer. Nous vivons des émotions parfois sans les exprimer (et pour certains, souvent voir toujours). Le couple grandit lorsqu’il accepte de communiquer à ce niveau-là. Dire les mots pour éviter les maux. Exprimer ses émotions, c’est préventif. La vulnérabilité est le prix à payer pour gagner en intimité.

Sa prescription est de faire un jeûne des reproches. Être dans le registre de l’être et non des idées. Partager ses émotions, c’est créer des liens d’appartenance. Elle indique que c’est dangereux si les émotions ne sont pas partagées avec son conjoint car ce dernier pourrait vouloir les partager avec quelqu’un d’autre.

Parler en « je «  et non en « tu » qui est un poison à la communication. Le « on » est un amalgame. On dit mal, on mal-dit et on médit. Les conflits, c’est comme le cholestérol, il y a les bons et les mauvais.

Nous sommes invités à ouvrir nos zones d’ombres. Attention aux généralités, aux injonctions, au ton, aux sujets tabous.

La meilleure croissance pour notre couple est de s’enrichir de ces petites quotidiens. Se centrer sur les besoins : écouter les besoins de l’autre sans y répondre.

Dans la vie de couple, nous traversons des tempêtes. Pour un bon marin, il n’y a pas de bons ou de mauvais vents.

Le dialogue à 2 nous renvoie à nous-même. La relation m’oblige à être en croissance.

Les liens avec le sacré

D’obédience chrétienne, j’ai apprécié les liens qu’elle a fait

Commencer par bénir (qui signifie « dire le bien« ) votre conjoint et vos enfants. Le Père Petit Clerc disait aux parents : « Faites comme Dieu. Bénissez vos enfants puis dites la loi. » C’est-à-dire : Dites leur ce qui va bien et rappelez les règles de vie. « Celui-ci est mon fils bien aimé, écoutez-le« . Si on met la loi sans la bénédiction, on perd l’humain.

Le cœur est le lieu où on est proche de Dieu. Se rapprocher de l’autre, c’est se rapprocher du Grand Autre (Dieu).

A méditer.

Ce contenu a été publié dans Citation, Conférence, Rencontre, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.