A vos plumes citoyens non violents! Lettre ouverte aux candidats aux élections municipales

A 2 mois des élections municipales (mars 2014), pourquoi ne pas interpeller les candidats sur la non-violence et la manière dont il envisage de la diffuser  localement?

Comment inciter les candidats à mettre la non-violence au cœur de leur campagne et de leurs actions?

Echarpe tricolore France Anne Ruellan www.laporteedesmots.org

Chers candidats aux élections municipales,

Bravo pour votre engagement au service de vos concitoyens. Vous êtes acteurs de la vie de notre cité.

Au regard de vos réalisations ou projets, je lis un intérêt chez vous environnemental et social pour notre ville que je partage. La question « Quelle planète laisserons-nous à nos enfants? » semble faire partie de vos préoccupations. Une question complémentaire que je me pose est « Quels enfants laisserons-nous sur notre planète? »

De gentils enfants, polis, charmants et bien adaptés se préoccupant de savoir si à Noël ils auront une tablette ou les dernières baskets à la mode, cherchant à être 1er de classe et souhaitant devenir des nouvelles stars?

OU des enfants responsables, acteurs de leur cité, se souciant du bien-être de leurs camarades, non-violents dans leurs paroles et leurs actes, médiateurs de leurs conflits?

Il existe de nombreux acteurs de la non-violence qui gagnent à être connus et promus auprès des enfants et adultes (parents, enseignants, éducateurs).

Que diriez-vous de former nos enfants et adultes (parents, enseignants, éducateurs) à la Communication Non Violente (CNV©), à la médiation et la gestion positive des conflits qui sont des outils de connaissance de soi et de l’autre dans le respect de chacun.

Dans les bus, la cour, les associations, des tensions naissent et renaissent, plus ou moins grandes. Face à cela, nous restons impuissants ou maladroits dans leur gestion. Et pourtant, la manière dont nous les gérons est essentielle à l‘apprentissage du mieux-vivre ensemble de nos enfants. Ces maladresses à répétition sont absorbées par ces derniers. Nous, adultes, sommes responsables des modèles que nous leur transmettons.

Lorsqu’aujourd’hui j’observe les relations entre les gens, je suis inquiète. J’ai besoin d’harmonie et de paix entre les hommes. Je suis convaincue que la violence générale décriée commence à notre porte, dans notre ville et que la violence des mots créent des maux relationnels dommageables. C’est pourquoi je souhaiterai connaître vos envies et propositions en matière d’éducation de notre ville à la non-violence et l’apprentissage de la gestion positive des conflits.

Merci d’avoir pris le temps de me lire.

Je vous prie d’agréer, madame ou monsieur le candidat aux élections municipales, l’expression de mes salutations distinguées.

 

Ce contenu a été publié dans Conférence, Interview, Non classé, Vie quotidienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.